Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les fondateurs de Booxup, application de partage de livres papier, ne s'attendaient certainement pas à une telle visite. Leur application permet d'enregistrer sa bibliothèque personnelle et de consulter celle des autres utilisateurs : dès lors qu'un titre intéresse, il suffit d'entrer en contact avec l'utilisateur, et de le rencontrer pour un éventuel emprunt. Un inspecteur de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes s'est présenté à la porte du bureau, et pas pour emprunter un livre...

 

Fraud

Le numérique et la fraude, un vieux refrain (GotCredit, CC BY 2.0)

 

 

« Inutile de dire que la visite nous a surpris, et nous a même fait flipper », admet David Mennesson, cofondateur de l'application Booxup. La quiétude du 5e étage de l'hôtel particulier où sont installés les bureaux de la start-up a été interrompue par la visite d'un inspecteur de la DGCCRF, administration française relevant du Ministère de l'Économie.

Bibliothèque et marketing : un tramway sillonne la ville pour apporter des livres et des ebooks gratuits aux habitants : La bibliothèque de Brno vient à la rencontre de ses habitants à travers le réseau de tram de 70 kilomètres de long (DR):

Bibliothèque et marketing : un tramway sillonne la ville pour apporter des livres et des ebooks gratuits aux habitants : La bibliothèque de Brno vient à la rencontre de ses habitants à travers le réseau de tram de 70 kilomètres de long

L'aspect disruptif de l'application semble en avoir perturbé plus d'un : l'inspecteur chargé de cette « enquête préventive », n'est autre que celui à qui a été confié le dossier Uber... En facilitant le prêt de livres entre particulier, avec une dimension commerciale, Booxup représenterait alors une menace grandissante à l'encontre du chiffre d'affaires de l'industrie.

 

« Il ne faut pas avoir peur des expériences. Le numérique pose beaucoup de questions, qui sont malheureusement cachées par le piratage, ce faux sujet. Si Booxup rencontre un certain succès, je suis sûr que nous aurons des problèmes avec les professionnels du livre », diagnostiquait déjà le cofondateur du service, en mars dernier.

 

L'avocat de Booxup a immédiatement été mis dans la boucle, tandis que la DGCCRF faisait part de sa volonté d'auditionner les créateurs de l'application. « Deux procès-verbaux ont été rédigés par cet inspecteur : pour le premier, il souhaitait connaître nos liens avec les grands éditeurs informatiques, comme Google, Amazon... », confie David Mennesson. Dans le cadre de son application, Booxup utilise des métadonnées, qu'il va chercher auprès de telles sociétés.

 

« Le deuxième était un peu moins contraint, et il nous demandait quelles étaient nos ambitions, notre business model... » Sans surprise, la société a fait l'objet d'une alerte faite par un professionnel du livre, « distributeur, diffuseur ou éditeur, nous n'avons pas pu connaître son identité ». 

 

Malgré l'animosité de certains acteurs du livre, Booxup mettra prochainement en place des jeux concours et autres opérations promotionnelles avec des éditeurs. Du côté des auteurs, l'accueil a été bien plus chaleureux, assure David Mennesson. La société a récemment levé 310.000 € pour développer son application et ses activités.

source via Maximes

article mis à jour le 8/09. ajouts d'éléments explicatifs

re-pinned by: http://sunnydaypublishing.com/books/:

 

Beach Library -:

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article