Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


La stratégie de l’enfant mort

Publié par Brujitafr sur 5 Septembre 2015, 08:53am

Catégories : #ACTUALITES

L'image choquante est placardée partout: un enfant syrien inerte, noyé, devient le fer de lance de la bonne conscience immigrationniste contre les réticences des populations européennes face à la déferlante des migrants. Sommes-nous collectivement coupables de la mort de cet enfant?

Pour les partisans de l'accueil qui dominent dans les médias, la réponse est oui. L'impact émotionnel des images est utilisé pour faire taire la raison. "La photo qui fait taire le monde", tweete le quotidien italien La Repubblica, titre également repris par Le Matin. La ficelle est énorme, mais elle fonctionne. Les sentiments l'emportent sur la capacité d'analyse. Pour réduire au silence les personnes qui s'opposent à l'arrivée massive de populations étrangères, fut-ce pour des raisons tout à fait rationnelles, il n'y a plus qu'à les traiter de salauds sans cœur et l'affaire est dans le sac.

médias,immigration

Depuis la diffusion des images nous en savons un peu plus sur la victime:

Selon les médias turcs, il s'agit d'Aylan Kurdi, un garçon syrien de trois ans dont le frère aîné a également trouvé la mort dans le naufrage de deux embarcations. Ils venaient vraisemblablement de Kobani, ville de Syrie adossée à la frontière turque, qui a été le théâtre de très violents combats entre djihadistes de l'État islamique et miliciens kurdes, il y a quelques mois.

Ces bateaux, transportant des Syriens, étaient partis dans la nuit de mardi à mercredi de la ville côtière turque à destination de l'île grecque de Kos, l'un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l'Europe, lorsqu'ils ont chaviré, ont expliqué les garde-côtes turcs. Rapidement prévenus par les cris des naufragés, les sauveteurs ont repêché douze corps sans vie parmi lesquels celui de cet enfant dont les photos ont envahi les réseaux sociaux avec ce mot clef: «KiyiyaVuranInsanlik», qui signifie «l'humanité naufragée» en turc.

La famille de cet enfant est donc volontairement partie de Turquie, où elle était à l'abri, pour une destination qu'elle estimait plus confortable ; un voyage dans lequel elle n'hésita pas à risquer la vie de ses enfants. Ils auraient pu continuer à résider en Turquie et ils seraient alors encore tous vivants. Le drame n'a pas la même connotation que si le malheureux avait péri en tentant de fuir sa Syrie d'origine.

Quasiment le même jour un incendie criminel dans le 18e arrondissement de Paris fit huit victimes, asphyxiées et défenestrées, dont deux enfants. On ne verra évidemment pas les cadavres de ce fait divers en gros plan, cela ne correspond à aucun objectif politique. L'opération de communication est conçue pour tirer des larmes, et elle en tire. Les images poignantes déchirent le cœur de chacun d'entre nous. Mais il meurt des milliers et des milliers d'enfants en Afrique tous les mois sans aucune mobilisation massive du reste du monde. Quid des enfants massacrés par l'Etat Islamique, déchiquetés par les bombes des terroristes, assassinés au Pakistan parce que c'était des filles et qu'elles voulaient aller à l'école?

Depuis le début de cette récente vague de migration vers l'Europe des peuples d'Afrique et du Moyen-Orient, bien des gens sont morts. Aylan Kurdi n'est de loin pas le premier bambin innocent à périr sur le chemin, mais il est le premier à être ainsi médiatisé. Les journalistes ont pourtant déjà eu à de multiples occasions la possibilité de filmer et de diffuser des images d'enfants morts mais s'en sont toujours abstenus. Alors pourquoi maintenant?

Il existe toujours une étape dans un conflit où les enfants deviennent un enjeu de communication pour faire ployer l'opinion publique. Nous en arrivons à ce stade - un passage en force destiné à étouffer le débat. Il est à noter qu'ailleurs en Europe les directives sont différentes. La mort du petit Aylan Kurdi, trois ans, est un drame abominable. Mais que penser de ceux qui l'instrumentalisent? Qui pourrait clamer que cet enfant ou sa famille auraient voulu que sa noyade serve à influer sur l'opinion publique?

Face aux enjeux géopolitiques, la paix des morts ne pèse pas lourd. Les médias sont prêts à tout pour faire avancer leur idéologie, jusqu'à exploiter le corps sans vie d'une petite victime innocente pour l'infliger au grand public par tous les moyens possibles, diffusion en prime-time à la télévision et impression en première page de leurs quotidiens.

 médias,immigration

Ce voyeurisme macabre fait taire la raison, pour un temps, mais la raison ne saurait s'exclure de façon permanente du débat sur l'immigration. Il en va de l'avenir d'autres enfants, européens cette fois, et du monde dans lequel ils vivront. Gardons notre sang-froid face à ces images horribles que nous infligent nos médias car lorsque la raison reviendra, les médias pratiqueront la seule option qu'il leur reste - la surenchère.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur Lesobservateurs.ch, 3 septembre 2015

 

 

Commenter cet article

colère 05/09/2015 11:42

abeilles, voilà un article que je viens de lire et qui est clair !

http://reseauinternational.net/le-bebe-providentiel/

colère 05/09/2015 09:18

La veille de ce drame je regardais un petit reportage sur le travail des gardes côtes Libyen ;une enfant de 2 ans flottait sur les eaux de la Méditerranée parmi des dizaine de corps d'adultes .Qui en a parlé ?
En Ukraine , combien d'enfants morts à l'est sous les bombes de Kiev ? Personne ne montre ces photos horribles .
La compassion à géométrie variable est choquante .
Quelque soit la cause , la mort d'un enfant est choquante .Et ouvrir grand les frontières de l'Europe à cette immigration ne fera qu’augmenter les morts d'enfants , d'adolescents , d'adultes .
La seule solution est d'éviter qu'ils partent .
Et pourquoi ne pas faire le comptage des réfugiés Irakiens et Syriens qui sont minoritaires parmi tous ces "migrants" !!!!
Non , vraiment , les médias se trompent de combat .Ils n'informent plus depuis longtemps !

abeilles 05/09/2015 11:38

Vous avez raison de la pure hypocrisie sans Nom ,même ce Traître Lâche pourri BHL ramène sa gueule devant les Médias véreux ,vendus Combien d'enfants sont morts depuis 1990 où complètement difforment ,pleurent jour et nuit dans les bras de leur mère ,Combien Sarkozy le coupable d'agression de la Libyen,Hollande le soutien des barbares insurgés rebelles pour la Syrie tous Criminels qui se disent scandalisés Alors avec des Armes des avions seraient incapables d'arrêter ces barbares Deach c'est à hurler CE SONT EUX QUI LES ARMENT LEUR DONNENT TOUT EXPLOSIFS ?LES LAISSENT FAIRE LES MARCHES D ESCLAVES ?NOUS SOMMES GOUVERNES PAR DES MALADES FABIUS ET LES AUTRES DIRE QUE LA LE PEN VEUT A TOUT PRIS RENTRER DANS CETTE FOURNAISE DE SATANISTES

colère 05/09/2015 09:28

Et tout arrive en ce moment !!
Il ne manque que la guerre civile aux USA , pour l'instant

brujitafr 05/09/2015 09:23

Georges Soros : "Chaos économique, émeutes en Europe et guerre civile aux USA"

http://www.brujitafr.fr/article-georges-soros-chaos-economique-emeutes-en-europe-et-guerre-civile-aux-usa-98004173.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<