Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

funny Angela Merkel Vladimir Putin prank:

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne et ses partenaires européens doivent coopérer avec la Russie et les Etats-Unis pour résoudre la crise syrienne, a déclaré samedi la chancelière Angela Merkel.

Son ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, qui a rencontré dans la soirée ses homologues russe, français et ukrainien à Berlin pour faire le point sur la situation dans l'est de l'Ukraine, a par la suite indiqué que la création d'un groupe de contact sur le conflit syrien proposé par l'émissaire de l'Onu Staffan de Mistura avait le vent en poupe.

Le chef de la diplomatie allemande et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'étaient auparavant entretenu longuement en marge de la réunion et sont convenus d'apporter leur soutien à cette proposition, dit-on de source proche de la délégation allemande.

Le groupe de contact tel que Staffan de Mistura l'envisage aurait pour tâche de proposer des solutions aux problèmes politiques, constitutionnels et militaires ainsi qu'à celui de la sécurité.

Sergueï Lavrov a estimé vendredi qu'une coordination était nécessaire entre l'état-major russe et le Pentagone afin d'éviter des "incidents fortuits" en Syrie.

La marine russe, qui dispose d'une base à Tartous, a entamé des manoeuvre au large des côtes syriennes et Washington soupçonne Moscou de renforcer son dispositif militaire sur place pour protéger le président Bachar al Assad, dont les forces perdent du terrain.

Deux avions russes chargés de 80 tonnes d'aide humanitaire sont arrivés samedi en Syrie, selon la presse officielle syrienne. La veille, les autorités russes avaient confirmé fournir du matériel militaire pour aider les forces gouvernementales à faire face aux djihadistes de l'Etat islamique.

Selon deux responsables américains, les Etats-Unis estiment que 200 hommes d'une unité russe d'infanterie de marine ont été déployés sur une base aérienne proche de Lattaquié, fief de la famille Assad.

"Ce serait une folie que de continuer à parier sur une solution militaire", dit Frank-Walter Steinmeier, dans une tribune publiée par le New York Times.

"Le moment est venu de trouver un moyen d'amener les parties à la table des négociations. Cela suppose des discussions préparatoires avec des acteurs régionaux incontournables tels que l'Arabie saoudite et la Turquie, mais aussi l'Iran", poursuit-il, ajoutant que l'accord sur le programme nucléaire de la République islamique conclu le 14 juillet a créé les conditions d'un règlement de la crise syrienne.

(Andreas Rinke, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article