Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

“Le prochain président des Etats-Unis pourrait voir son arrivée au pouvoir favorisée non seulement par des spots télévisés ou des discours, mais aussi par des décisions secrètes de Google, et personne - sauf moi et peut-être quelques autres chercheurs obscurs - ne saurait comment cela s’est produit”, écrit Robert Epstein, psychologue à l’American Institute for Behavioral Research and Technology, dans une tribune de Politico.

 

Il explique que ses travaux de recherche ont montré qu’au cours de ces dernières années, Google a acquis un pouvoir qui lui permettrait de manipuler les élections américaines, et même, de contrôler des opinions et des croyances parmi le public américain, en modifiant son algorithme de recherche.

Epstein a notamment mené 5 expériences avec plus de 4.500 participants dans 2 pays qui ont permis de mettre au jour ce qu’il appelle “l’Effet de manipulation du moteur de recherche” (SEME, pour ‘Search Engine Manipulation Effect’). Son étude a été publiée dans la revue ‘Proceedings of the National Academy of Sciences’ (PNAS).

Lui et son équipe ont constitué 3 groupes auxquels étaient associés des candidats favoris aux élections, A et B. Lorsque les sujets du premier groupe menaient des recherches sur les candidats, le contenu relatif au candidat favori A remontait en meilleure position (plus haut sur les pages de résultats du moteur de recherche) que celui concernant le candidat B; pour le second groupe, au contraire, les informations concernant le candidat B étaient mieux classées sur la page de résultats du moteur de recherche. Enfin, pour le troisième groupe, aucun candidat n’était privilégié.

Les chercheurs ont demandé aux participants quel était leur candidat préféré, puis ils leur ont donné un quart d’heure pour lancer 30 recherches relatives aux deux candidats sur le moteur de recherche. Les sujets avaient tous accès au même contenu, mais selon le groupe auquel ils appartenaient, les résultats étaient classés en fonction du candidat favori défini pour ce groupe.

Sans surprise, les chercheurs ont constaté qu’à la suite de ces recherches, les sujets avaient modifié  d’opinion en fonction des résultats de leurs recherches. Ils concluent que le moteur de recherche peut changer les opinions des électeurs indécis à leur insu dans une proportion susceptible d’avoir un très grand impact sur le résultat des élections. Dans certains groupes démographiques, cette proportion pouvait atteindre 80%. Au cours d’expériences menées aux Etats-Unis, les scientifiques ont montré qu’ils étaient capables d’augmenter d’entre 37 et 63% le pourcentage d’opinions favorables à l’égard d’un candidat particulier au terme d’une seule session de recherche. Au cours d’une élection réelle en Inde en 2014, ils sont même parvenus à faire changer d’opinion 2000 participants.

Epstein envisage 3 scenarii selon lesquels cette manipulation pourrait s’exercer:

1/ Des cadres de Google pourraient décider quel candidat est le meilleur et truquer les résultats de recherche pour que le contenu y relatif soit mis en avant;

2/ Un employé malhonnête de Google disposant des accréditations nécessaires pour accéder à l’algorithme pourrait le modifier pour favoriser un meilleur positionnement de certains résultats de recherche dans la remontée des résultats;

3/ L’algorithme de Google favoriserait de lui-même “naturellement” les contenus relatifs à un candidat particulier, compte tenu des caractéristiques de ces contenus, en fonction de l'utilisateur.

“Nos recherches suggèrent qu’indépendamment de l’innocence ou du désintéressement des employés de Google, l’algorithme du moteur de recherche, propulsé par l’activité de l’utilisateur, a déterminé les résultats des élections proches dans le monde entier depuis des années, avec un impact croissant d’année en année, en raison de la pénétration croissante de l’internet”, écrit le chercheur.

“Comme le SEME est virtuellement invisible en tant que forme d’influence sociale, et que l’effet est si vaste et qu’il n’existe actuellement aucune réglementation spécifique dans le monde pour empêcher Google d’utiliser et d’abuser de cette technique, nous pensons que le SEME présente une sérieuse menace pour le système de gouvernement démocratique”, conclut Epstein.

source

Tag(s) : #USA

Partager cet article