Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le feu de forêt qui s'était déclaré en Ukraine dans la zone contaminée de Tchernobyl est en voie d'extinction. Pour l'Institut de radioprotection (IRSN), il y aura des répercussions en France, mais bien-sur  sans impact sur la santé publique !

Les pompiers ont en grande partie éteint le feu de forêt qui s'était déclaré en Ukraine dans la zone contaminée près de la centrale accidentée de Tchernobyl. Mais des feux isolés persistent toujours, ont indiqué ce jeudi les autorités. La superficie de l'incendie, qui s'est déclaré à une vingtaine de kilomètres de la centrale, presque 29 ans jour pour jour après la catastrophe, a pu être réduite de 320 hectares à 70 hectares.

Le feu "ne se propage plus, l'extinction de foyers de l'incendie isolés se poursuit dans les limites du périmètre contrôlé", expliquent les autorités locales. "Le taux de la radiation est mesuré régulièrement et il ne dépasse pas la norme", a déclaré une porte-parole de l'antenne du service dans la région de Kiev Tetiana Vitovetska. Ce feu de forêt a provoqué une vague de panique sur les réseaux sociaux, plus particulièrement à Kiev mais également en Europe. En France, les fumées dégagées ces jours-ci ne manqueront pas d'avoir un impact sur le niveau de radioactivité constaté, confirme Philippe Renaud à L'Express. Mais pour cet expert en radioactivité environnementale et en protection des populations, il n'y a pas lieu de s'alarmer outre mesure.

En quoi un incendie dans la zone d'exclusion autour de la centrale de Tchernobyl est-il préoccupant?

Depuis l'accident de 1986, les forêts alentour sont fortement contaminées au césium 137. Cet élément radioactif est particulièrement concentré dans la litière, c'est-à-dire les aiguilles et le feuilles agglomérées au sol, mais le bois en contient également. Lorsque la forêt brûle, cette radioactivité se retrouve en suspension dans l'air et peut alors voyager au gré du vent et des pluies. Si la chaleur de l'incendie est particulièrement forte, alors même la litière, d'ordinaire plus humide, peut s'embraser et libérer de la radioactivité.


Est-on confronté pour la première fois à ce problème?

L'IRSN s'est déjà intéressé à ce sujet parce que les incendies sont fréquents dans cette région de l'Ukraine. D'ordinaire, les plus gros épisodes surviennent entre août et septembre. Il sont d'ailleurs de plus en plus communs car les bois sont de moins en moins bien entretenus. En 2002, 2008 et 2010, nous avons assisté à des incendies spectaculaires dans la même zone, avec des surfaces considérables et de nombreux foyers. Dans les semaines qui ont suivi, nous avons alors pu constater un niveau de radiation dans l'air français, trois fois supérieur à la normale avec 1,5 microbecquerel par mètre cube, contre 0,5 habituellement.
 

La carte satellite des feux de biomasse constatés entre le 29 aout et le 7 septembre 2002

Un triplement de la radioactivité mesurée dans l'air est-il alarmant ?

C'est très relatif. Un tel niveau (1,5μBq/m3), c'est encore un million de fois inférieur a ce que l'on a pu mesurer en 1986. Il s'agit là d'une radioactivité faible, mais visible. On ne peut pas parler d'impact sur la santé publique. Du césium 137, en France, il y en a encore, notamment dans les champignons. A titre de comparaison, il vous suffirait aujourd'hui d'ingérer 100 grammes de champignons pour avoir une exposition supérieure à celle d'un pompier ukrainien actuellement en train de circonscrire l'incendie. Si l'incendie avait touché le site même de Tchernobyl, le dégagement aurait été beaucoup plus fort, mais selon les dernières études, il aurait encore été 10 à 100 000 fois inférieur à ce qui a pu être observé au moment de la catastrophe en 1986.
 
 
Tout va bien, dormez devant vos télévisions...
Tag(s) : #NUCLEAIRE