Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aucune télé n'en a parlé, et pour cause, c'est tombé en plein week-end de Pâques... "Moody's a annoncé qu'elle pourrait abaisser la note AA1 de la France, si la dette publique continue de croître. Moody's qui attribue un AA1 (la deuxième meilleure) avec une perspective négative, rendra, ce 22 mai, sa décision sur la note française. Celle-ci dépendra, selon l'agence, de la probabilité "d'une stabilisation puis d'une inversion de la trajectoire haussière de la dette à l'horizon 2018"".
 

Traduisez: si la France ne vote pas toutes les lois Macron, elle sera dégradée pour ne pas avoir obéi à son maître euro-américain.

Un lecteur ajoute: "vers la retraite à 70 ans, le Smic à 500 euros, etc.". 

Lire ici Ouest France, merci aux lecteurs. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2015

 

Moody's. La note pourrait baisser si la dette dérivait.

Moody's pourrait réduire la note de l'Hexagone si la dette publique continue d'augmenter. L'agence de notation rendra son verdict le 22 mai.

 

L'agence de notation Moody's a annoncé qu'elle pourrait abaisser la note Aa1 de la France, si la dette publique continue de croître. Moody's qui attribue un Aa1 (la deuxième meilleure) avec une perspective négative, rendra, ce 22 mai, sa décision sur la note française.

Celle-ci dépendra, selon l'agence, de la probabilité « d'une stabilisation puis d'une inversion de la trajectoire haussière de la dette à l'horizon 2018 ».

Une dette en recul d'ici 2018

« L'agence de notation serait susceptible de réviser la notation de la France à la baisse, si elle devait considérer que la dette publique n'atteindra vraisemblablement pas son niveau plafond d'ici 2018, ou est susceptible de se stabiliser autour de ce niveau », précise encore Moody's, dans son analyse annuelle.

La trajectoire des finances publiques du gouvernement, qui sera révisée dans un sens plus favorable dans les prochaines semaines, prévoit que le ratio de dette publique, après un pic à 97,7 % fin 2016, reculera à 97,0 % du PIB fin 2017, puis 95,1 % fin 2018.

SOURCE via Maïtre Confucius

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article