Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que la Chine est bien devenue la première puissance économique mondiale, et c’était déjà le cas avant si l’on raisonne en « net de dette », les USA tentent de déployer certaines contre-mesures pour endiguer le leadership chinois en particulier en aidant l’Inde à « monter » pour concurrencer la Chine. La devise « diviser pour mieux régner » étant plus que jamais d’actualité.
Évidemment à la manœuvre nous trouvons le FMI, fer de lance économique des intérêts américains.
Christine Lagarde et Arun Jaitley, Mar. 16, 2015
© REUTERS/ India’s Press Information Bureau/Handout via Reuters
D’ici 2019, le PIB indien dépassera ceux de la Russie, du Brésil et de l’Indonésie cumulés.

À l’horizon 2019, l’Inde dépassera la Chine en termes des rythmes de croissance économique, a déclaré la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde.

Au cours de sa visite en Inde, Mme Lagarde a indiqué que le pays était en route pour devenir « un moteur clé de la croissance mondiale », à la différence d’autres grands pays confrontés actuellement à un ralentissement de leur activité.

La semaine dernière, le Fonds a annoncé qu’en 2015 et en 2016 l’économie indienne devrait afficher une croissance de 7,2 % et de 7,6 % respectivement. D’après Mme Lagarde, le PIB indien doublera en 2019 par rapport aux indices enregistrés en 2009, lorsqu’il s’était établi à 1 400 milliards de dollars.

Compte tenu du ralentissement de l’économie chinoise, le Fonds estime que l’Inde pourrait connaître la plus forte croissance parmi les premières économies mondiales. Il convient de rappeler que la Chine a revu début mars à la baisse ses prévisions de croissance du PIB national en 2015 de 7,5 à 7 %. Pour sa part, le FMI s’attend à une croissance de l’économie chinoise de 6,8 % seulement en 2015.

En saluant les résultats de l’Inde, la directrice du FMI s’est également inquiétée de la reprise économique mondiale qui demeurait selon elle « trop lente, trop fragile et trop déséquilibrée ». Elle a confirmé la prévision du Fonds concernant une croissance de l’économie mondiale de 3,5 % cette année et de 3,7 % l’an prochain, des chiffres qualifiés de « décevants ». Si la reprise paraît solide aux États-Unis et en Grande-Bretagne, la zone euro et le Japon sont menacés par la persistance d’une croissance et d’une inflation faibles, a fait savoir Mme Lagarde.

Lire la suite : http://fr.sputniknews.com/economie/20150318/1015227394.html#ixzz3VEF9GzOv

Tag(s) : #ECONOMIE - FINANCE

Partager cet article