Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plusieurs responsables de musée irakien affirment que les oeuvres détruites par les djihadistes dans le musée Ninive de Mossoul, dans le nord de l'Irak, n'étaient que des répliques.

Irak : le groupe Etat islamique détruit des vestiges archéologiques (Image de propagande diffusée par le groupe Etat islamique) Irak : le groupe Etat islamique détruit des vestiges archéologiques (Image de propagande diffusée par le groupe Etat islamique)

Le monde avait regardé avec effroi les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) détruire des statues, des frises et des reliques archéologiques pré-islamiques du musée de Ninive à Mossoul, dans le nord de l'Irak. Mais en réalité, la plupart de ces oeuvres étaient des répliques, comme le rapporte le site Al-arabiya. "C’était des copies. Les originaux sont tous ici", a indiqué l’un des responsables du musée de Bagdad à la radio allemande Deutsche Welle.

Fawzye al-Mahdi, chef du département des antiquités de l’autorité du patrimoine culturel irakien, ne dit pas autre chose. Selon elle, les oeuvres qui apparaissent dans la vidéo ne sont que des copies en plâtre.

Aucun des objets détruits dans la vidéo n’étaient des originaux", a-t-elle confirmé à la Deutsche Welle.

Dans ce court film de propagande, on voyait les djihadistes détruire, avec un perforateur pour la défigurer, une rare statue d'un taureau ailé assyrien, qui date du VIIe siècle avant JC. "Ces antiquités derrière moi étaient des idoles et des dieux adorés il y a des siècles au lieu d'Allah", lance un homme barbu. "Les soi-disant Assyriens, Akkadiens et d'autres peuples avaient des dieux pour la pluie, pour les cultures, pour la guerre", poursuit-il. Et de rappeler que "le prophète [Mahomet, NDLR] a ôté et enterré les idoles à la Mecque".

Des oeuvres portées disparues

Certains experts avaient déjà supposé que les oeuvres étaient des copies. C'est le cas de Mark Altaweel, de l’Institut d’archéologie de l’University College de Londres, qui a expliqué à la chaîne britannique Channel 4 que si l’EI avait pu aussi facilement détruire les statues, c’est parce qu’elles étaient en plâtre. "On peut voir des barres de fer à l’intérieur", a-t-il expliqué. "Les originaux n’ont pas de barres de fer."

Certaines de ses statues sont tout de même soupçonnées d’être des originales. "Il y avait deux objets qui étaient authentiques et que les militants ont détruit", a dit à la télévision irakienne Atheel Nuafi, le gouverneur en exil de Mossoul. "L’un est un taureau ailé et l’autre le Dieu de Rozhan." Il soupçonne aussi les djihadistes d’avoir volé au moins sept objets avant de détruire le musée. Les autorités irakiennes ont saisi l’Unesco sur ces objets volés.

Comme le rappelle "20 minutes", l'EI est soupçonné de conserver des oeuvres archéologiques pour les revendre au marché noir pour se financer.

"Une tragédie culturelle"

"Cette attaque est bien plus qu'une tragédie culturelle, c'est également une question de sécurité parce qu'elle alimente le sectarisme, l'extrémisme violent et le conflit en Irak", avait dénoncé la responsable de l'Unesco Irina Bokova dans un communiqué, après la diffusion de la vidéo.

"C'est pourquoi j'ai immédiatement contacté le président du Conseil de sécurité pour lui demander de convoquer une réunion d'urgence du conseil sur la protection du patrimoine irakien en tant qu'élément faisant partie intégrante de la sécurité du pays", a-t-elle précisé.

source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article