Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le cadre de la « grande mobilisation » autour des valeurs de la République, la ministre de l’Éducation nationale a enfin doté l’école du bréviaire qui lui faisait tant défaut : fruit d’un partenariat exclusif avec la Licra, « 100 mots pour se comprendre contre le racisme et l’antisémitisme », cet opuscule [PDF], dorénavant diffusé sur Eduscol, est censé apporter aux enseignants, ignares par nature, les réponses à toutes les questions qu’ils se posent chaque jour dans l’exercice de leur métier.

 


Voir le document
(Fichier PDF)

En réalité, cette publication, dont le mode opératoire oscille entre le catéchisme impérial de Napoléon Ier (1806) et le Petit Livre rouge du président Mao, si elle met quelque chose en lumière, ce sont moins les enjeux du monde contemporain et les questionnements qu’ils suscitent à l’école que les attendus et les préférences des auteurs et du commanditaire.


Des auteurs aux multiples références

Il étonne d’abord par le choix des entrées et celui des auteurs.

Ainsi, revient-il à Aurélie Filippetti de nous éclairer sur la « culture », un domaine où son expérience a fait merveille : « La culture est au cœur de nos préoccupations républicaines (…). La démocratie doit être culturelle. »

Vincent Peillon évoque doctement la notion de « république », un régime paré de toutes les vertus, même les plus improbables : « Nous nous appelons alors des citoyens : nous ne sommes les sujets d’aucun maître et participons librement et à égalité aux affaires qui nous concernent en commun. »

Moins anecdotique, c’est à Robert Redeker qu’échoit la rubrique « citoyen », ce qui nous permet d’échapper ainsi à ses digressions furieuses et répétées sur Mahomet et sur l’islam qui font d’ordinaire les délices de Riposte laïque et de la mouvance islamophobe.

La théologie, matière scolaire à part entière
 

Séparation de l’Eglise et de l’Etat, caricature dans « Le Rire » en 1905 (Charles Léandre/Wikimedia Commons)

Au fil des pages, les références religieuses s’accumulent – même si le lien avec le racisme ne saute pas aux yeux – avec des articles dont les auteurs ne semblent guère plus éclairés que leurs lecteurs.

Ainsi, pour Jacqueline Costa-Lascoux, « les croyances sont constituées de représentations et de convictions qui relèvent de la foi ». Une définition quand même très éloignée de celle de mon Petit Robert, édition 2014 : « Croyance : l’action, le fait de croire une chose vraie, vraisemblable ou possible. »

Antoine Spire, co-coordonnateur de l’ouvrage, fait tout son possible pour nous faire comprendre la nature divine : « Dieu n’est pas une personne, ni un vieux monsieur à barbe blanche ni un humain de quelque genre que ce soit. Dieu est le Tout Autre. Dieu n’est pas une substance mais un mouvement qui nous structure, une dynamique. » Les voies du Seigneur sont décidément impénétrables…

Judaïsme et Israël, un sujet épineux

Plus ennuyeux, si les trois grandes religions monothéistes font l’objet de banalités, les auteurs se livrent quand même à d’ardues contorsions autour de la trilogie judaïsme-sionisme-Israël : ainsi, pour Mano Siri et Antoine Spire, « l’antisionisme recouvre à présent la délégitimation de l’Etat d’Israël et l’hostilité aux Juifs ». Cet amalgame – qui devient récurrent – entre critique de l’Etat d’Israël et antisémitisme, à défaut d’informer les élèves, offre au moins l’avantage d’éclairer les intentions des auteurs : ainsi, apprend-on sous la plume de Frédéric Encel qu’Israël, « seule authentique démocratie du Moyen-Orient (…) n’est pas l’Etat de la religion juive (…) mais il faut avoir à l’esprit que les Juifs constituent à la fois un peuple et une religion (...) », un jugement quand même bien péremptoire, juste atténué par cette formule interrogative pleine de saveur : « Difficile à comprendre ? » Effectivement.

Qu’en contrepartie, la Palestine n’ait droit à aucune entrée spécifique n’est sans doute le fruit que d’un malheureux hasard, alors que les Frères musulmans ou encore le salafisme s’honorent chacun d’un article. Dans un même ordre d’idées, on observe que le seul Mohamed Merah est mentionné dans la rubrique « fanatisme », que le terrorisme n’est illustré que par Al Qaeda ou encore que l’article « Informations – rumeurs » mentionne exclusivement comme une rumeur les doutes propagés autour des attentats du 11 Septembre mais ne dit rien des mensonges officiels sur les armes de destruction massives de Saddam Hussein. La géopolitique dicte ses préférences.

La laïcité dans tous ses états

Retour dans l’Hexagone avec quelques définitions dont la rigueur conceptuelle n’échappera à personne. C’est d’abord Antoine Sfeir qui nous délivre sa conception très personnelle de la laïcité : s’il admet que la laïcité « est le droit de croire ou de ne pas croire », c’est aussitôt pour ajouter : « la laïcité garantit l’égalité entre les citoyens quelles que soient leur origine, leur “ race ” (sic) ou la couleur de peau » avec cette notable réserve exigeant de « laisser la foi de chacun dans l’espace privé. » Un curieux rajout qui ne manquera pas de surprendre les législateurs de 1905 ou encore Jules Ferry qui ne comprendront décidément jamais rien à la morale laïque d’Antoine Sfeir…

Dans un registre très voisin, Daniel Bougnoux s’est manifestement donné beaucoup de mal pour tenter de définir la France en tant que nation. S’est-il convaincu lui-même ? Qu’on en juge un peu : « Une nation n’est pas seulement un territoire entouré de frontières, ce découpage spatial est inséparable d’une histoire partagée ou adoptée : la France est fléchée, verticalement, par une profondeur culturelle, “ être français ” suppose qu’on partage une même langue mais aussi des images, des saveurs, des livres ou des chansons (…) » Et c’est sans doute cet oubli du fléchage vertical de la France qui a poussé les frères Kouachi dans leur dérive meurtrière.

Enfin, on ne voudrait pas priver le lecteur d’un moment de grand bonheur avec la notice consacrée par Maurice Goldring à Marianne. Succès garanti dans les salles de classes chez les élèves de tout âge : « Marianne est le symbole de la république (…) Marianne a toujours une poitrine avantageuse car elle est la mère nourricière de tous les habitants d’un même pays (…) Marianne est la République, la République est Marianne (…) Marianne peut être de velours, elle peut être de marbre et d’acier. C’est pourquoi le sculpteur de son buste est anonyme car elle est sculptée par notre histoire, nos choix, nos volontés, nos combats. » On imagine d’ici le grand Duduche se tapant sur les cuisses…
Des leçons de morale pour une morale officielle

Miracle du verbe, c’est donc à ce facétieux livret que l’Education nationale confie la mission de former 13 millions d’élèves à « se comprendre contre le racisme et l’antisémitisme ».

Même s’il est évident que le document ne sera utile ni aux élèves ni aux enseignants – car inutilisable –, l’initiative met en lumière la conception surplombante et naïve à la fois que ses instigateurs se font de l’éducation civique : une litanie de concepts abscons, déconnectés du réel, en outre déformés par des interprétations simplistes ou abusives, suffiront comme par magie à assurer la formation morale et civique des élèves, qu’on a décidément du mal à imaginer autrement qu’en blouse grise.

Circonstance aggravante : la confusion entretenue en permanence autour de notions qui ne sont pourtant pas synonymes – laïcité, citoyenneté, nationalité – mais qu’on préfère sacraliser plutôt que de les soumettre à la raison critique. Un manuel officiel pour une morale officielle : malgré la mobilisation de toute la hiérarchie, il sera juste demandé de faire semblant d’y croire.

Source

Tag(s) : #ACTUALITES

Partager cet article