Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

MOINS de BIENS PLUS de LIENS

l'esprit est comme un parapluie = ne sert que si il est ouvert ....Faire face à la désinformation


« Démocratie » à l’européenne : Juncker dit « non » à la Grèce et menace la France

Publié par Brujitafr sur 1 Février 2015, 09:40am

Catégories : #EUROPE

europe

« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens », affirme notamment le président de la Commission européenne.

Intraitable. Dans un entretien au Figaro (29 janvier, édition abonnés), le président de la Commission européenne adresse une fin de non-recevoir au gouvernement grec conduit par Alexis Tsipras. Sur l’annulation de la dette, Jean-Claude Juncker oppose à la Grèce un « non » catégorique :

« Athènes a accepté deux plans d’ajustement (de redressement, NDLR), elle doit s’y sentir tenue. Il n’est pas question de supprimer la dette grecque. Les autres pays européens ne l’accepteront pas. »

On a connu le président de la Commission plus conciliant quand, Premier ministre du Luxembourg, il autorisait des dizaines de multinationales à s’affranchir des législations fiscales des pays membres de l’UE.

Les élections ne changent rien, affirme en substance le président de la Commission européenne. Sans prendre beaucoup de gants :

« Dire qu’un monde nouveau a vu le jour après le scrutin de dimanche n’est pas vrai. Nous respectons le suffrage universel en Grèce, mais la Grèce doit aussi respecter les autres, les opinions publiques et les parlementaires du reste de l’Europe. Des arrangements sont possibles, mais ils n’altèreront pas fondamentalement ce qui est en place. »

Vous n’êtes pas certain d’avoir compris ? « Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités », ajoute encore Jean-Claude Juncker, qui lâche une phrase terrible, qui résume toutes les limites de la démocratie dans l’Union européenne :

« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

Interrogé sur la France, et notamment sur la question de savoir si la Commission va accepter d’accorder à notre pays un délai supplémentaire pour réduire le déficit à 3 % du PIB, Jean-Claude Juncker se montre également rigide et menaçant.
Rigide quand il radote le credo de toutes les Commissions : « Nous voudrions voir la France renforcer ses réformes, en nombre comme en intensité. » Selon lui, « la France soufre d’un manque de réformes dites structurelles, de réformes qui portent sur l’essentiel (…). Elle doit soigneusement examiner les faiblesses de son droit du travail. » Menaçant lorsqu’il réaffirme qu’« il n’y a pas d’autre remèdes que de la consolidation budgétaire » (sic) et n’exclut pas de sanctionner la France si son déficit n’est pas réduit : « Un pays ne peut pas échapper aux sanctions s’il ne respecte pas les règles. »

Il n’y a pas de « diktat » allemand, affirme le président de la Commission européenne. « Cette impression d’un diktat, d’une machine allemande qui laminerait toute contradiction est parfaitement erronée », soutient-il. Avant de lever un coin du voile de secret qui entoure les sommets européens : « D’autres gouvernement, parfois même socialistes, étaient beaucoup plus sévères à l’égard de la Grèce, par exemple. » Une confidence dont la véracité ne nous paraît pas contestable. Allez savoir pourquoi…

SOURCE DE L’ARTICLE :

http://www.politis.fr/Juncker-dit-non-a-la-Grece-et,29890.html

Lien transmis aimablement par Jean-Michel

via Les Brindherbes Engagés

Commenter cet article

abeilles 02/02/2015 17:43

Nous sommes responsable de cette état de fait ,Nous avons voté Non ,Sarkozy avec ses serviteurs Députés ont dit OUI
Ils sont tous revenus à l'Assemblée ,malgré qui nous ont craché dessus Philippe Seguin nous a prévenu ,ensuite la pression a dù être très forte ,Alors aujourd'hui ;que nous ne possédons plus notre Pays ,plus facile a écrire ,qu'à faire surtout avec des automates cablés ;Le jour J Où nos sangsues n'auront plus rien à nous voler nous sucer ,nous seront vider La les rebelles insurgés mercenaires dispatchés dans tout le Pays ,que nous logeons ;nourrissons ,soignons plus un pécule seront LA ne vous inquiétez pas ( ce machin LA du Générale De Gaulle sera LA POUR NOUS BOMBARDER ?Simplement pour nous achever comme elle est pour les autres PAYS


tre Pays

Doctorix 02/02/2015 15:02

« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »
Chacun voit midi à sa porte.
Moi je crois qu'il n'y a aucun choix démocratique dans aucun traité européen. Ils ont tous été imposés à coup de magouilles de lobbies.

abeilles 02/02/2015 13:10

Si les peuples européens auraient l'intelligence ,de s'entendre ,pour réagir envers cette machiavélique Dictature Comment ce fait-il que pas un moindre mouvement envers ce peuple grec ,puis portugais ,puis espagnole ,la France est pire car ils ont vendu tout notre Patrimoine ,jamais dans toute l'histoire nous avons été aussi ruiné ,dépouillé ,spolié ,j'ai été à la Défense la semaine dernière ,je sors sur le Parvis ,la première vue Qatar en 3 mètres de haut sur 2::50 puis en plus petit sur 2,50 sur 1,50 puis en tout petit Paris ;et ce Centre Commercial doit certainement être acheté par le Qatar ,si ce n'est pas la Défense au complet ,des vigiles non africain ,mais autres ( pas français cela va de soi ,) on nous bassine avec les terroristes mais pourquoi nous les payons aidons pour massacrer les peuples ,libyen syrien irakien ,sont très disciplinés pour obéir aux commanditaires d'attentats ,Suivez ma pensée ,car ils sont entrain de monter une cabale musulmans contre chrétiens Où ???? nous nous laissons gober avaler ingurgiter sans réagir des automates ambulants voila notre Peuple

Doctorix 02/02/2015 15:03

Rassurez-vous: le temps venu, on mettra tout ce petit monde dehors.

Gabriel 01/02/2015 10:03

Les politiques concernant la dette grecque ont véritablement un faciès machiavélique. L'interlocuteur des grecs ne pouvait pas être pire : un hollandais. Comme tout bon hollandais, son dieu est Argent.il faut payer ses dettes.il ne fait attendre aucune empathie de ces gens. Si le parti grec est honnête, ça ne peut que mal se passer.il est d'ailleurs incompréhensible qu'il aient voté pour des sanctions contre la Russie. C'est une bourde énorme qu'il faudrait expliquer en détail.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

<