Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cartoon French Map- sad.

 

Connaissez-vous réellement la situation de la France ?

Savez-vous que celle-ci est proche du chaos le plus total et que tout peut arriver? Dont des émeutes généralisées ? Enfin….

Plus pour longtemps, puisque le gouvernement souhaite mettre en place un « Patriot Act » à la française permettant la surveillance généralisée des foules, exactement comme souhaite le faire le premier Ministre anglais Cameron qui souhaite interdire toute communication cryptée, le terrorisme aura donc eu une utilité dans le pays même si au niveau de la lutte contre le terrorisme….on ne lutte pas contre le Qatar ni contre d’autres pays tous autant condamnables. Leur plus grand danger n’est pas le terrorisme, c’est nous, et il faut nous empêcher coûte que coûte de mettre leur emprise en péril. Mais s’ils peuvent se permettre cela, c’est justement par ce que les français ignorent l’état réel du pays, un petit rappel s’impose donc en abordant certains points bien précis.

Car malheureusement, la France « se casse la gueule », littéralement, et chaque jour, de nouvelles informations non-relayées par les médias télévisés tombent ! Rien qu’aujourd’hui, la France va vendre ses navires pour les relouer, cela coûtera moins cher. En cas de krach financier ou de problème sérieux avec les banques, les pays européens vont être braqués « à la chypriote », l’UE a autorisé cela, avec un seuil de sécurité de 100 000 euros. En clair, c’est l’argent de vos comptes qui sera ponctionné, volé, récupéré, et vous pour? Que dalle! C’est devenu une loi européenne! Bien sûr, vous pouvez vous dire que si vous n’avez pas grand chose vous êtes protégés…. Même pas, le seuil des 100 000 euros, ce n’est que du vent, de l’esbroufe, tous dans le même panier!  On apprend aussi que 63 143 ont fait faillite entre Novembre 2013 et Novembre 2014, et après ils osent nous parler d’emploi… Quand aux entreprises françaises en partie publiques, quand elles ne sont pas vendues, elles se cassent la figure aussi comme Areva qui est au plus mal   et qui vient encore de perdre un gros contrat. Pour s’en sortir financièrement, tous les moyens sont bons, même les plus discutables comme déposer la marque « Je suis Charlie » pour gagner un peu d’argent dessus… Le slogan ayant été l’objet de plus de 50 demandes de dépôt de marque ces derniers jours. Vous aviez peur du terrorisme? Ayez plutôt peur de la finance…

La France donc, et l’état dans lequel elle se trouve:

La dette et la situation financière:

La France est extrêmement endettée, plus de 2000 milliards d’euros d’endettement, dette qui n’aurait pas eut lieu sans la loi passée il y a 42 ans en toute discrétion, la loi Pompidou-Rotschild de 1973. Depuis cette loi, la France ne peut plus emprunter à la Banque de France et doit le faire sur des marchés privés, avec à la clé des intérêts qui finissent par nous couter une fortune, plusieurs dizaines de milliards/an. En 2007, notre endettement n’était que de 64.4% avec 1216 milliards d’euros, nous en sommes à plus de 2000 milliards, soit 92,2% du PIB 8 ans après, nous en sommes exactement à 95,6% d’endettement du PIB.Bien sûr la dette pourrait être remise en cause, Quand au déficit public, on nous raconte généralement qu’il est de 4%, il serait en réalité de 32%!

dette_de_la_franceSource et info complète sur France-inflation.com

Bien évidement la dette pourrait être remise en cause, en retrouvant la souveraineté de notre banque centrale et en obtenant le droit de relancer la planche à billets sans intérêts contrairement aux emprunts que subit le pays à l’heure actuelle, mais au niveau stratégique, cela n’aiderait pas à affaiblir la France pour que le traité de libre-échange puisse la moité servira à acheter de la dette des pays européens qui sont financièrement foutus.

Dette_evolution_avec_et_sans_interets_G

De Gaulle nous avait prévenu, Mitterand quand à lui eu pour dernières paroles:

La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort… apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde… C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort !

Source: Le livre Le dernier Mitterand

À ces dettes, il faut ajouter les emprunts toxiques, une sacrée arnaque puisque les prêts sont illégaux, et plus personne ne peut trainer les banques en justice puisque l’état a fait passer une loi pour les protéger! Regardez, c’est clair et inacceptable, car ce sont des dettes qui vont faire exploser le chômage:

Les banques ont proposé un type d’emprunt complètement toxique puisque dangereux pour les comptes de ceux les ayant souscrit, les taux d’intérêts étant variables. Bien sûr, ce type d’emprunt  à été reconnu complètement illégal, mais qu’importe, le gouvernement socialiste a fait passer une loi pour protéger les banques des éventuelles attaques devant des tribunaux, puisque la tentative de corruption du gouvernement n’a pas fonctionné. Le nombre de victimes est colossal: la quasi-totalité des hôpitaux (dont la grande majorité est proche du défaut de paiement), des communes, des services publics… Et donc, l’endettement colossal de chacun pousse à adopter des mesures d’austérités, et vlan, chômage à la clé! Et au fait, savez-vous au bénéfice de qui? Des banques américaines entre autres banques, et de la Dexia en partie privatisée par l’état français, état qui touche chaque mois sur ces emprunts.

Donc, l’ensemble est pratiquement ruiné, les mesures d’austérités se multiplient avec la complicité du gouvernement qui a protégé les banques criminelles pour le coup, comment lutter contre le chômage avec une aussi mauvaise foi? Quand aux communes, institutions et hôpitaux endettés, leur histoire ne s’arrête pas là pour autant, il reste la privatisation: l’accord TISA qui fait partie intégrante des accords de libre-échange, donc du traité transatlantique.

Une fois que l’ensemble est totalement endetté et qu’il n’y a plus d’autres choix, il y a la privatisation, seul moyen de sauver quelques meubles, et ces privatisations sont voulues et programmées avec l’aide du gouvernement et des atlantistes politiques que nous avons, cela fait partie de la « stratégie de sabotage »:

Pour obtenir facilement le consentement de l’opinion pour la privatisation des services publics, la stratégie la plus souvent utilisée consiste à organiser préalablement le sabotage des services publics, afin que leur inefficience puisse servir de prétexte à leur privatisation. Cette stratégie a été massivement appliquée dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

Voici ce que l’on peut lire à propos de l’éducation publique dans un document de l’OCDE, l’organisation des Maîtres du Monde qui est également à l’origine de l’AMI:

« Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangeureux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.
Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu’on évite un mécontentement général de la population.« 

Plus dans cet article

L’accord TISA en quelques lignes:

Un groupe de 21 États négocie à huis clos un nouvel « accord commercial »(TiSA: Trade in Services Agreement ou ACS: Accord sur le commerce des services). Il comprend notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Japon,l’Union européenne ainsi que la Suisse. Ce groupe porte le nom de « Really Good Friends of Services » (ou: les vrais bons amis des services). L’intention des négociateurs est avant tout de défendre les intérêts des grands groupes d’entreprises. Selon cet accord, toutes les prestations de service, notamment celles du domaine des services publics, devraient être soumises aux obligations d’accès aux marchés mondiaux.

Pourquoi des négociations secrètes et séparées?

Les négociations ont été menées à huis clos et en dehors des structures de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Même le secrétaire général de l’OMC a été exclu des négociations sur l’accord TiSA. Au cours de ces dernières années, les pays du Sud membres de l’OMC ont fait preuve d’une plus grande assurance et ont formulé des revendications envers les pays industrialisés : si on attend d’eux qu’ils ouvrent leurs marchés aux prestations de service des pays industrialisés, ils exigent en contrepartie l’accès aux marchés des pays industrialisés pour leurs produits agricoles. Les pays du Sud posent aussi des exigences concernant la protection des brevets ou en rejetant le brevetage de gènes issus de plantes tropicales par des multinationales pharmaceutiques. Par le biais de négociations séparées, menées en dehors de l’OMC, on a tenté d’écarter les pays du Sud.
L’accord TiSA devrait être élaboré conformément aux desiderata des riches pays industrialisés, et forcer de fait tous les autres pays à appliquer ces règles.

Commercialiser le monde?

Catastrophe 1 : Listes « négatives » ou listes des services à exclure. Selon l’accord TiSA, chaque État partie à l’accord doit dresser la liste de ses services qu’il souhaite soustraire aux obligations d’accès aux marchés.
Cela signifie que pour tous les services ne figurant pas sur la liste des exceptions, l’ouverture du marché est obligatoire. Une source d’énergie aujourd’hui encore inconnue serait donc inévitablement soumise à l’obligation d’accès aux marchés, et il ne serait plus possible de prévoir pour cette dernière un monopole étatique par analogie à l’électricité. D’autres types de prestations de services qui n’existent pas encore et qui, pour cette raison, ne figurent pas sur les listes des exceptions, seraient également soumis aux obligations d’accès aux marchés.

Catastrophe 2 : Clause « ratchet » ou clause de « cliquet ». L’accord TiSA prévoit qu’une fois une ouverture de marché effectuée, elle est irréversible. Même si cette ouverture devait se solder par un échec complet, la possibilité d’annuler une déréglementation introduite serait exclue définitivement.

Source et article complet sur Stop Tafta via Sott.net

Vous l’aurez compris, la volonté du gouvernement pour lutter contre le chômage n’existe pas, et celui-ci ne peut qu’exploser, quand à lutter contre la dette… Elle est complice des créanciers. Mais où est passé le fameux « Mon ennemi intime, c’est la finance ». Il n’y a aucune surprise si celui-ci augmente inexorablement, c’est une volonté au nom de l’argent et du profit, dont celui des États-Unis principalement…

Et qui dit Accord Tisa dit privatisations, vous l’aurez compris, tout est lié, et les privatisations en France…

Mardi, le gouvernement a annoncé la vente pour 4 milliards d’euros de ses participations dans des grandes entreprises françaises.

Pour rappel, L’État détient actuellement des parts dans 74 entreprises, comme la SNCF, Air France, Orange ou encore Renault. La valeur totale de ses participations dépasserait 110 milliards d’euros, dont 85 milliards pour les seules entreprises cotées en Bourse (hors PSA Peugeot Citroën). Elles ont rapporté à l’État 4,4 milliards d’euros de dividendes, pour un chiffre d’affaires de 145 milliards. Avec plus de 3 milliards d’euros, c’est le secteur énergétique, par le biais d’EDF et GDF Suez, qui reverse le plus de dividendes à l’État, suivi des industries de défense avec 267 millions d’euros.

L’explication de cette manœuvre de revente de parts est simple : pour tenir ses engagements d’économies, de réduction de la dette et d’équilibre budgétaire promis dans le cadre européen, l’État gratte dans tous les coins pour que ça rapporte tout de suite. Un gouvernement qui vend au privé les actions qu’il détient chez les opérateurs publics, c’est un gouvernement de droite.

D’ailleurs, depuis début septembre, l’Agence des participations de l’État (APE), qui gère les actifs publics détenus dans des entreprises, a été confiée à Régis Turrini, un énarque de la promotion 1989, ex « dealmaker » de chez Vivendi qui ne compte qu’en milliards. L’homme doit aller vite pour aligner les zéros et ne pas ternir son CV.

Le gouvernement escompte donc céder au privé pour 4 milliards d’euros de participations publiques dans le capital d’entreprises. Quatre milliards d’euros pour une stratégie de gains à court terme qui semblait réservée aux traders.

Article complet sur Agoravox.fr

 La bulle immobilière:

Pas de secret, des bulles immobilières, il y en a actuellement dans beaucoup de pays, et lorsqu’elle éclate, c’est mauvais… La bulle française dans le domaine est proche de l’explosion comme nous pouvons le constater avec les faits:

Rien que pour l’année 2013, 25 000 emplois ont été détruits dans le secteur de l’immobilier , il y a actuellement 180 défaillances d’entreprises par mois dans le domaine, les prévisions pour 2015 prévoient 16 000 emplois en moins pour chaque année, moins qu’en 2013 me direz-vous, mais à force de virer, il ne reste plus grand monde non plus…

La chaine d’agences immobilières Orpi a lancé en janvier 2013 une opération pour inciter les propriétaires à faire baisser les prix de ventes de 5% à 15% avec indemnisation si la vente du bien n’est pas réalisée dans les 3 mois. En Novembre 2012, il était estimé que pour l’ensemble de l’année 2012, les crédits immobiliers accordés par les banques devaient être d’un peu plus de 115 milliards d’euros, soit une baisse de près de 30% par rapport à 2011. Et il était considéré en février 2013 que les ventes de maisons individuelles devraient chuter de 25% cette ‘année. En Février 2013: l’estimation du nombre de français touchés par la crise du logement était faite, 10 millions. En Avril 2013: près de la moitié des français peinent à payer leur loyer.

 

Le secteur de la défense:

Notre belle armée, symbole de la France, que reste-t-il d’elle au fil des livres blancs qui se multiplient en ajoutant à chaque fois des coupes budgétaires? Ils vont même louer le matériel qu’ils possèdent déjà! Le but final, c’est une complète privatisation des forces militaires au nom du profit, cela va avec l’accord TISA et les accords de libre-échange qu’ils sont en train de mettre en place:

Le ministère de la Défense a annoncé ce mercredi l’ensemble des restructurations ou suppressions d’unités pour l’année 2015 dans le cadre de la Loi de programmation militaire (2014-2019) votée fin décembre. Un régiment d’artillerie va être dissous, cinq bâtiments de la marine désarmés, une base navale fermée et l’hôpital du Val-de-Grâce transformé en pôle de recherche.

Ces restructurations doivent permettre de réaliser d’importantes économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs des armées. Ce sont 7 500 postes qui doivent ainsi être supprimés l’an prochain.

Les activités médicales du Val-de-Grâce transférées vers les hôpitaux militaires Percy et Begin

Un important volet concerne le Service de santé des armées (SSA) et la réorganisation des hôpitaux militaires. L’hôpital du Val-de-Grâce à Paris est va fermer et les activités seront transférées vers les hôpitaux militaires Percy et Begin. Selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l’établissement, dont la remise aux normes nécessiterait «des centaines de millions d’euros de travaux», pourrait accueillir le service de formation et de recherche du SSA. Selon la CGT, le coût de cette remise aux normes est estimé à 250 millions. Déjà, une pétition circule dans le 5e arrondissement de Paris et les syndicats ont prévu une manifestation le 23 octobre.

Dissolution du 1er Régiment d’artillerie de marine de Châlons-en-Champagne

C’est le plus ancien régiment d’artillerie de la marine. Sa dissolution concerne aussi l’état-major de la 1ère Brigade mécanisée. Benoist Apparu, député-maire de la ville, a appris leur dissolution avant l’été 2015 après un rendez-vous, mardi, avec le ministre de la Défense. Un coup dur pour cette ville de 45 000 habitants. Au total, 960 emplois vont être supprimés.

«Pour Châlons, 1000 emplois en moins, c’est un drame. C’est un drame pour notre territoire pour deux raisons : la première c’est l’économie, c’est un choc énorme. La deuxième raison, c’est pour ce qu’est notre ville. Châlons est une capitale militaire, régionale. Je trouve cette décision inique et injuste. Il n’y a pas de raison que Châlons supporte seule la restructuration militaire», a lancé le député maire. sic…

Une base navale fermée, cinq bâtiments de la Marine désarmés

Pour la marine, cinq bâtiments de combat vont être désarmés. Il s’agit du bâtiment de transport de chalands de débarquement Siroco, du pétrolier-ravitailleur Meuse à Toulon mais aussi du patrouilleur austral Albatros à La Réunion et les deux patrouilleurs de surveillance de site Athos et Aramis à Anglet. En outre, le Commandement de la marine (Comar) à Strasbourg sera supprimé. La base navale de l’Adour à Anglet sera aussi fermée.

La base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin) sera aussi aussi touchée avec la perte de 190 postes militaires et 3 postes civils, a annoncé ce mercredi Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin. «Cette annonce faisant suite à une première diminution des effectifs l’an dernier, il ne restera plus sur le site que 110 personnels, ce qui fait craindre un démantèlement du site à plus ou moins brève échéance», a-t-il estimé. Née de la reconversion d’un ouvrage de la ligne Maginot, cette base comprend notamment un centre de détection et de contrôle chargé de surveiller le ciel du nord-est de la France. «Je suis abasourdi par cette décision qui pénalise un secteur rural fragile», a-t-il ajouté, demandant un rendez-vous au ministre de la Défense pour obtenir «d’importantes mesures d’accompagnement» de la part de l’Etat.

Article complet sur Le Parisien

Nos banques, si sûres et fiables…

Les banques sont elles aussi proches du chaos, et proche du krach financier tant redouté. Pour faire bref, il y a entre autres gros soucis les effets leviers de ces banques, et plus il est élevé, plus le risque est grand3. Dans le tableau du dessous qui date du troisième trimestre 2014, vous pouvez voir par exemple que a Société Générale a un effet levier colossal de 34,2, ce qui signifie que pour 1 euro dans leur coffre, il y a 34,2 euros dans la nature qu’ils ne poiurront pas donner aux clients si ceux-ci venaient à réclamer ce qu’il y a sur leurs comptes. Ces banques sont systémiques, et la chute de l’une d’entre elles pourrait mener à la chute de toutes les autres.

« Les grandes banques systémiques mondiales faisant partie de la liste des 30 plus grandes banques mondiales présentant un risque systémique, les G-SIBs (Global Systemically Important Banks) précédemment connues en tant que SIFIs (Systemically Important Financial Institutions) du Basel Committee on Banking Supervision (BCBS) ont publié leurs résultats de ce dernier trimestre…

En ne retenant pas les banques asiatiques (japonaises et chinoises), ni Nordea (qui présente peu d’intérêt), ni Royal Bank of Scotland qui est en dehors de toute logique de banque, en comptabilisant correctement les capitaux propres à leur juste valeur de marché, cette liste de banques confirme que les grandes banques des Etats-Unis respectent mieux les règles prudentielles d’endettement (définies par la BRI et la directive européenne dite CRD IV qui donnent une image fidèle de la réalité) que les banques européennes dont certaines sont en grand danger,

Document 1 :

jean-pierre-chevallier-leverage-des-banques-systc3a9miques-mondiales-3c2b0-trimestr_2014

Voir les autres documents sur olivierdemeulenaere.wordpress.com

J’espère que cet aperçu aura suffit à vous convaincre de l’escroquerie phénoménale du moment, et s’il y a une histoire d’argent, vous aurez toujours un mensonge très officiel à la clé !

D’ailleurs, entendez-vous encore parler du scandale Luxleaks ?

Entendez-vous parler des affaires de Sarkozy qui a vendu une partie de l’or du pays (400 tonnes) pour sauver les USA ?

Entendez-vous parler de tout ce qui touche réellement à l’argent à la télé ?

Non, on alimente un climat de peur en France ainsi que dans d’autres pays pour vous imposer des lois du style « patriot act » qui fleure bon le fascisme, ce qui n’est pas étonnant non plus venant de personnes qui protègent les néo-nazis au pouvoir en Ukraine, à croire qu’il n’y a qu’un seul ennemi: les djihadistes notamment financés par le Qatar ou les USA, alors que nos véritables ennemis sont ceux qui font le moins de bruit, ceux de la finance.

Vous vous êtes réuni en masse pour une marche en mémoire de victimes d’un acte terroriste, pour la liberté d’opinion et de la presse, ou pour d’autres raisons, marcherez-vous un jour pour vos emplois, votre argent, vos libertés, ou tout simplement pour un monde meilleur ?

Voici la véritable question !

Source les M.E.

Tag(s) : #Crise de l'Euro

Partager cet article